Pour l’année 2017, nous sommes encore à la recherche d’un partenaire titre nous permettant de construire un team à deux bateaux, avec pour objectif la victoire ! A la barre de cet ambitieux projet on retrouvera Corentin Douguet et Simon Troel.

En Figaro, tous les marins ont le même bateau (un monotype de 10 mètres de long). Et sur l’épreuve reine, la Solitaire Urgo le Figaro, parmi la quarantaine de participants, 15 peuvent prétendre à la victoire.
 Le petit plus pour atteindre les meilleures place ? Une préparation sans faille à la fois technique et physique, un mental fort, et la réussite, celle qui permet d’être en phase tout au long de l’épreuve. Pour être en harmonie parfaite avec l’épreuve il faut donc s’y préparer tout au long de l’année en naviguant, en observant, en travaillant…

En attendant de naviguer en binôme Simon Troel a démarré les entraînements…

Programme de la saison :

Solo Normandie
C’est la première épreuve de la saison pour les skippers de la Classe Figaro Bénéteau 2, avec environ 260 milles à parcourir dans les eaux normandes pour cette course en solitaire.
La 8ème édition prendra le départ de Granville pour une arrivée en Rade de Cherbourg.
Dates : du 17 au 19 mars 2107
Épreuve : Le Havre

Solo Concarneau
Elle se jouera sur un parcours entre l’ile d’Yeu et la pointe de Bretagne. Cette régate devenue classique comptera désormais parmi les épreuves du Championnat de France de course au large en Solitaire.
Dates : du 4 au 9 avril 2017
Épreuve : Concarneau – Concarneau (340 milles)

Solo Maître Coq
La Solo Maître Coq se compose d’un programme dense et complet qui alterne intensité de la régate au contact et longues étapes. Après 2 jours de régate côtières il faudra enchaîner avec une grande course au large du jeudi au samedi. Cette épreuve va permettre de finaliser la préparation avant les épreuves du Championnat de France.
Dates : du 21 au 30 avril 2017
Épreuve : Port Olonna

Solitaire Urgo Le Figaro
La Solitaire, qui dure près d’un mois, en 4 étapes, c’est une histoire de sprints et d’endurance. Il ne faut pas être brillant sur une étape ou deux, mais sur l’ensemble de l’épreuve. Prendre les bonnes options, aller vite -plus vite que les autres -, tenir sans dormir et dormir au bon moment, se faire mal pour grappiller quelques mètres, et puis savoir gérer en bon marin quand cela est nécessaire. Récupérer aux escales, s’extraire de l’épreuve sans décrocher de la course, être dans le bon paquet de bateau tout en sachant s’en détacher, savoir suivre les données météo et interpréter son environnement. Une histoire de dépassement perpétuel et d’équilibre dans un même bonhomme. Dates : du 4 au 25 juin 2017
Epreuve : Bordeaux – Gijon – Concarneau – Concarneau – Dieppe