Category: Non classé

#contentdetravailleravecdeslegendes

 » Je viens de passer 2 semaines en compagnie de Jean-Yves Bernot à router François Gabart lors de son Tour du Monde. J’avais déjà secondé Jean-Yves lors de différentes courses, mais jamais en mode record. C’est un exercice assez différent mais tout aussi intéressant.
C’est à nous de lui donner les solutions qui lui permettent d’avaler les milles sans prendre de risques inutiles. Sans se préoccuper de l’adversaire car il est virtuel (Thomas Coville a établi un nouveau record l’an dernier. Et par conséquent, il n’avait pas les mêmes conditions météo au même moment).
Le Pacifique et l’Atlantique Sud ont été avalés à des vitesses record (François a établi les temps de référence sur ces deux portions de parcours, solitaire et équipage confondus !!). Le binôme bonhomme/bateau fonctionne a plein régime, et ça parait presque facile. Mais François met un sacré tempo.
Julien Villion, mon binôme, a repris son poste aux côtés de Jean-Yves pour le rush final dans l’Atlantique Nord. François devrait arriver à Brest en cette fin de semaine, n’hésitez pas à aller l’accueillir, il le mérite.

#merciJean-YvesetFanchdevotreconfiance

Lundi j’ai repris le chemin du chantier pour la préparation du Figaro NF HABITAT en vue de la Transat AG2R. Mise à l’eau prévue mi-Janvier. »

Corentin Douguet

NF HABITAT se réengage sur le circuit Figaro pour 2018 aux côtés de Corentin Douguet

Après avoir laissé la barre du Figaro à Simon Troel en 2017, Corentin Douguet reprendra les commandes l’an prochain.

La première épreuve sera la Transat AG2R La Mondiale, qui se court en double. Il sera accompagné d’un co-skipper au palmarès long comme un jour sans vent et très complémentaire : Christian Ponthieu. La seule fois où ils ont couru ensemble en Figaro, c’était en 2015 sur le Tour de Bretagne… et ils ont gagné !

De bon augure pour la Transat qui aura un format bien différent. Au programme, une traversée de l’Atlantique, d’environ trois semaines, en double entre Concarneau (Finistère) et Saint Barth (Antilles) sans escale et dont le départ sera donné le 22 avril prochain.

Corentin Douguet : « C’est une triple bonne nouvelle pour moi : je suis heureux que l’aventure continue avec NF Habitat, je suis heureux de courir de nouveau cette Transat 10 ans après ma dernière participation, et je suis heureux de pouvoir le faire aux côtés de Christian ! »

Christian Ponthieu : « la Transat AG2R, c’est une course que je rêve de faire depuis un moment. En réalité, je n’ai jamais traversé l’Atlantique et pour cette première fois, Corentin me semble être le binôme idéal ! Nous sommes très complémentaires et à chaque fois que nous avons navigué ensemble cela s’est parfaitement bien passé… »

L’objectif pour les deux marins serait de faire le même résultat que sur le Tour de Bretagne 2015 (c’est-à-dire gagner). Mais compte tenu du plateau très relevé qui se prépare, un podium serait déjà une belle performance !

——————

CERQUAL Qualitel Certification, organisme certificateur de l’Association QUALITEL s’engage de nouveau, au travers de sa marque NF habitat, dans l’univers de la voile aux côtés de Corentin Douguet et son équipe. Parce que la navigation au large, défi sportif et humain quotidien porte des valeurs proches de l’association et de sa marque unique : respect de l’environnement, rigueur, qualité, responsabilité, performance, esprit d’équipe, engagement.

 » Lors de cette grande traversée, Corentin et Christian devront, comme nous au sein de Qualitel, anticiper. Eux les variations du vent, nous les enjeux de la qualité du logement de demain. Comme en bateau au milieu de l’océan, il nous faut prendre les bonnes décisions pour choisir la meilleure route et évoluer dans un monde qui bouge. »  Antoine DESBARRIERES – Président de CERQUAL Qualitel Certification

——————

En savoir +

NF Habitat dans le Top 10 sur le Tour de Bretagne

Après une semaine de régates intenses en Etre Saint-Malo et Piriac, NF Habitat termine 10ème du Tour de Bretagne à la voile. Après un début tonitruant, puis un passage à vide, Simon Troel et Corentin Douguet ont réussi à remonter la pente et maintenir leur place dans le top 10.

Retour sur ce résultat avec Corentin

En savoir +

A mi parcours

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas sur le Tour de Bretagne à la Voile… Après les deux dernières étapes de deuxième et premier, NF Habitat termine 22ème de la manche entre Camaret et Larmor Plage . Résultat décevant par excellence…
Corentin Douguet : « on est mal partis. Jusqu’à la pointe de penmarc’h on n’a pas trouvé de solution pour revenir. On a attaqué en faisant le tour des Glénans pas le sud parce que l’on espérait que le vent allait tourner au nord ouest et mollir. Malheureusement cette rotation du vent on l’a eu… mais pas longtemps et il est revenu favorablement pour les nordistes. Cela aurait pu être payant et c’est pour cela qu’on l’a fait… Mais cela ne l’a pas été. Comptablement, on prend beaucoup de points sur l’opération et on recule à la 9ème place au général. Mais nous ne sommes qu’à mi parcours. Il reste encore 4 courses à disputer si les conditions le permettent, dont deux demain au large de Lorient. A nous de retrouver ce qui avait fait notre force sur les jours d’avant, notamment les bons départs. »
A suivre demain donc à partir de midi !

Victoire de NF Habitat sur le Tour de l’île de Bréhat : Inspiration et chasse aux algues

Le Tour de l’île de Bréhat semble avoir inspiré hier les deux skippers de NF Habitat. Après une manche de douzième avant hier, loin d’être à la hauteur de leurs ambitions Corentin Douguet et Simon Troel ont pris leur revanche sur la deuxième étape du Tour de Bretagne en remportant la course.

Echange avec Corentin Douguet sur cette belle manche, et la suivante…

En savoir +

« Si Corentin peut garder son titre de vainqueur du Tour de Bretagne, ça m’arrange ! » Simon troel

Pour clore en beauté la saison 2017, le Figaro NF Habitat participera au Tour de Bretagne à la Voile. Une semaine de régates en double entre Saint Malo et Piriac avec des courses à la journée qui vont offrir de belles bagarres entre les duo engagés.
A bord, il y aura bien entendu Simon Troel qui a skippé le bateau tout au long de la saison, et Corentin Douguet qui l’a accompagné. L’occasion pour ce dernier de venir défendre son titre de vainqueur lors de la précédente édition en 2015.

Entretien croisé avec Corentin et Simon, co-skippers heureux de (re)naviguer en Figaro

En savoir +

Deuxième aux Açores : récit de la course par Corentin !

Arrivé deuxième sur Imerys avec Phil Sharp, Corentin nous fait ici le récit détaillé de sa traversée vers les Açores en Class 40. On pourrait le résumer par un « comment vit-on sur la course Les Sables-Horta-Les Sables en compagnie d’un anglophone qui parle aussi français »… Ou encore « quand on fête une réparation à coups de tartiflettes sous vides, que ’we keep pushing hard’, et que l’ambiance passe de « humide à lance à incendie sur le pont » lorsque l’on atteint les 24,95 nœuds ». Bref entre commentaires pertinents en franglais et détails techniques, vous saurez tout sur cette étape !

Phil Sharp, que je connais depuis la Transat 6,50 2005, m’a invité à son bord pour l’étape aller de cette course en double. Les Class 40 sont à mi-chemin entre les 6,50 et les 60’Imoca utilisés sur le Vendée Globe. Les bateaux répondent à un certains nombre de règles, mais sont tous un peu différents. Le nombre de voiles embarquées, huit, est le même sur chaque bateau mais chacun prend ce qu’il veut. C’est donc un exercice assez différent du Figaro et il faut que je me remette dans ce type de fonctionnement avant le départ. Les différences de vitesse en fonction de l’angle du bateau par rapport au vent peuvent être importantes. Ce qui change certains aspects tactiques et stratégiques.

Jour 1
Pour aller des Sables d’Olonne aux Açores, il faut commencer par dégolfer. Ça ne veut pas dire arrêter de jouer au golf, ça veut dire qu’il faut traverser le golfe de Gascogne. Au mois de Juillet, et c’est une chance pour les vacanciers, il est souvent occupé par une dorsale qui prolonge l’anticyclone des Açores. Les dorsales ne sont pas les meilleures amies des coureurs au large car elles sont souvent synonymes de vent faible. Mais il faudra bien la traverser pour attraper le vent d’Est qui souffle entre cette dorsale et la côte Espagnole.
Après un petit parcours en baie des Sables d’Olonne, nous franchissons la dernière marque en 2e position, et mettons le cap au Sud-Ouest vers les Asturies. Le vent est stable, la mer plate et Imerys glisse tranquillement à 8-9 nœuds sous grand-voile haute et Code 0 (un espèce de grand génois). Nous prenons rapidement la tête de la flotte. Et à part une marche arrière pour enlever un morceau de plastique coincé dans la quille, c’est une mise en jambe en douceur.
En fin de journée, alors que vient l’heure de prendre les nouveaux fichiers météo pour voir si la dorsale se déplace comme prévu, Phil finit par ressortir du bateau et m’annonce dans un français parfait : ‘’the fleet is dead, on n’a pas de connexion internet !’’. En voilà une bonne nouvelle pour six jours de course. Le fleet, c’est la grosse boule à l’arrière du bateau qui abrite une antenne qui nous permet de nous connecter par satellite.

En savoir +

Corentin en tête vers les Açores !

S’il n’a pas couru la Solitaire URGO le Figaro, Corentin Douguet a pourtant continué à naviguer cette année. L’occasion pour lui de découvrir de nouveaux supports : il a ainsi embarqué aux côtés de Phil Sharp sur le Class 40 Imerys pour la première étape de la course Les Sables – Horta. Le duo est actuellement en tête de la course !

Les deux marins se connaissent de longue date, puisqu’ils ont couru tous les deux la Transat 6,50 en 2005. Mais ce n’est que cette année qu’ils ont décidé d’embarquer ensemble. D’abord sur le Grand Prix Guyader qu’ils ont remporté, puis sur cette étape au grand large vers les Acores.

Partis des Sables dimanche dernier en favoris, ils n’ont laissé que quelques heures la tête des classements à une poignée de concurrents, le temps de s’extirper d’une dorsale hasardeuse. Depuis ils ont bien repris leur leadership malgré un souci de connexion qui les empêche de recevoir les fichiers météo ad hoc.

Actuellement les marins sont dans la brise jusqu’à 40 noeuds, sous petit spi, surfant dans la mer formée à près de 20 noeuds…  C’est un passage très technique où la conduite précise et les équipages rodés vont faire la différence.

Cette après-midi Imerys va devoir contourner une dépression orageuse dans le nord-ouest du cap Finistère. C’est une phase toujours complexe, car son déplacement est toujours aléatoire. Le vent va mollir, mais pendant 24 heures il faudra réussir à accompagner la rotation de vent dans le bon tempo. 

La suite de la traversée devrait être assez rapide, car au vent portant et au reaching jusqu’à 200 milles de l’arrivée. La fin de la course pourrait être ralentie en approche des îles, où l’anticyclone des Açores – qui porte bien son nom – est actuellement installé…

L’arrivée est prévue samedi 8 juillet à Horta.

En attendant, vous pouvez suivre la carto : http://lessables-horta.geovoile.com/2017/tracker/?leg=1

Et pour encore plus d’infos : Facebook.com/corentindouguet

 

image Bernard Gergaud

Simon, vingt-quatrième : il en redemande !

Ca y est. Les skippers de la Solitaire URGO le Figaro sont arrivés à Dieppe au terme d’une quatrième et longuissime étape qui a clos l’édition 2017.
Cette remontée de Concarneau à Dieppe a encore constitué une étape à rallonge. Entre une absence de vent pendant près de 36 heures au départ qui a laissé aux marins tout le temps d’admirer la côte bretonne, et une traversée de la manche de nuit au largue serré sous spi à toute vitesse, ils ont une fois de plus dû jouer la carte de la polyvalence.
Arrivé 26ème de cette étape, ce qui le place en 24ème position au classement général, Simon Troel – sur NF Habitat – est heureux de ce qu’il a encore pu apprendre et engranger comme expérience.

Insatisfait de son résultat, au bord de l’endormissement, il se déclare pourtant prêt à repartir… l’année prochaine ! Echanges avec un skipper au bout de l’épuisement…

En savoir +

Fin de la Solitaire : demain !


Depuis hier la flotte a enfin été libérée des démons de la pétole. Simon glisse sous spi sur NF Habitat vers la dernière marque le long des côtes sud anglaises, Owers, qu’il atteindra ce soir vers 18/19h. Il est ce matin 27ème. Le vent va se renforcer dans l’après-midi jusqu’à 20/25 noeuds. Cela va être rapide, tonique, physique.
En savoir +