3ème étape : analyse de la dernière ligne droite par Corentin !

Capture d’écran 2020-09-15 à 18.12.13
Depuis la terre Corentin observe ses camarades de jeu en mer sur la troisième étape de la Solitaire du Figaro :
« Environ 24h pour aller de l’Ile de Batz à l’occidentale de Sein. Soit 2.9nds de moyenne. Entre les algues, le brouillard et un vent aux abonnés absents, ça n’a pas dû être une partie de plaisir. Et il est probable que cette 3e nuit et la journée d’aujourd’hui n’ont pas permis aux skippers de faire la moindre sieste. Et comme souvent dans ce genre de conditions, ça a distribué.
Il y en a qui ont tenté de jolis coups, comme Robin Follin qui est le seul a être passé au Nord de Ouessant et est venu se replacer dans le paquet de tête et va disputer la victoire d’étape en bizuth à un étonnant Kevin Bloch. D’autres ont réussi à transpercer la flotte comme Yann Eliès et Alan Roberts.
Et certains qui étaient au fond du car depuis un bon moment, comme Eric PERON, ont réussi à revenir aux avant-postes. Il était 31e à 16 milles du leader hier à 18h et il va passer dans le Top 15 à environ 3 milles du leader à l’occidentale de Sein. Armel Le Cléac’h, qui a réussi à lui prendre la roue, a peut-être sauvé sa Solitaire sur ce coup là.
Quand à Sam Goodchild et Xavier Macaire, ils sont toujours aussi impressionnants de régularité malgré les conditions très aléatoires.
Si on avait les temps de passage à l’occidentale de Sein, le Top 5 du classement général serait toujours le même mais probablement dans un ordre différent et avec des écarts infimes.
D’après les routages, ils devraient arriver à St Nazaire demain en fin de matinée. Les fichiers prévoient 10 à 14 nds de N à NNE.
Mais à bord, ils ont des fichiers qui datent de samedi matin. En Figaro, pas de connexion internet, donc pas de fichiers.
Il leur faut malgré tout trouver la bonne trajectoire, à l’intérieur ou à l’extérieur de Belle Ile ? Et comme toujours aller vite, notamment en changeant de voiles dans le bon timing, entre le spi, le gennaker et peut-être même le génois de temps en temps. Et avec la fatigue accumulée, ça va pas être simple du tout.
Puis comme toujours, ce seront les conditions sur l’arrivée (vent et courant), qui transformeront les distances entre les bateaux en temps… »

Author: Corentin-admin

Leave a Comment