Après la Solo Maître coq, le meilleur est à venir !

DSCN2540

La Solo Maître Coq était la dernière course préparatoire avant la Solitaire URGO le Figaro pour Corentin Douguet à bord de NF Habitat. Samedi dernier il est arrivé de la grande étape de l’épreuve en vingt-quatrième position. Un résultat qui n’est pas satisfaisant, mais intéressant à analyser pour la suite…
Retour avec le skipper sur cette première grande navigation en solitaire sur le Figaro 3. 

Corentin, tu as terminé vingt-quatrième de la grande course de la Solo Maître Coq, ce n’était pas vraiment ton objectif, raconte nous ce qui s’est passé.
« J’ai fait un bon début de grande étape pendant les vingt premières heures, dans la tête de flotte. Ensuite j’ai raté des coups stratégiques pas si compliqués que cela parce que je suis encore un peu trop dans la manipulation du bateau pour aller vite. C’est une erreur parce que la vitesse c’est important, mais on l’a bien vu une fois de plus sur cette grande course, il vaut mieux être au bon endroit qu’aller vite au mauvais endroit !  Au final, j’ai vu que je pouvais être dans le coup, j’ai des bonnes phases en vitesse. Pour l’instant finalement il n’y a rien de catastrophique. A moi de bien hiérarchiser les choses sur la suite. »

Tu es vingt-huitième au général après trois courses?
« Sur les deux premières manches de lundi et mardi, j’ai eu aussi un peu de mal, d’où cette contre performance… Mais je suis devant Jeremie Beyou, Alain Gautier et Michel Desjoyeaux ! Cela a un côté rassurant mais est loin d’être satisfaisant… L’objectif sur la Solitaire n’est clairement pas celui-là. On est quarante-quatre inscrits, et sur le lot une trentaine à pouvoir rentrer dans le Top 10. Le niveau est juste dingue cette année, encore plus que les précédentes. Mais je fais aussi partie de ceux qui ont déjà remporté une étape de Solitaire, qui sont montés sur le podium et je pense que je peux le refaire. »

C’était la première course un peu longue en solo sur le bateau, quel est ton regard pour la suite ?
« Le bateau est très exigeant physiquement et techniquement. Quand on voit l’état de fatigue de tous les coureurs expérimentés aux Sables d’Olonne, on était d’accord pour dire que l’enchaînement des quatre étapes de la Solitaire sur ce bateau allait être compliqué… Il va falloir être capable de repousser les limites encore plus loin que ce que l’on faisait avant. Le départ aura lieu dans quatre semaines. Il faut finir la préparation du bateau. Il faut aussi valider les nouvelles voiles et le plus difficile, trouver du temps pour se reposer avant d’arriver à Nantes… »

Author: Corentin-admin

Leave a Comment