Solo Concarneau : NF Habitat dans le vif du sujet !

parcours 5

L’équipage dans le vif du sujet !

A 15h20 sera donné ce jeudi le coup d’envoi de la Solo Concarneau pour les équipes doubles. Première course de la saison pour NF Habitat, elle sera également le dernier galop d’essai avant la Transat AG2R qui partira le 22 avril prochain.
En attendant Christian Ponthieu et Corentin Douguet ont hâte de s’élancer dans cette belle navigation entre la Pointe bretonne et l’estuaire de la Loire, l’occasion de caler les derniers détails de la vie à bord et de montrer qu’ils sont d’ores et déjà dans le match après un hiver studieux.

Entretien avec Corentin à l’heure des dernières prises de fichier météo…

C’est la première course de la saison pour le Figaro NF Habitat ?
Exactement. Pour moi c’est vraiment la première… j’ai fait l’impasse sur le Spi Ouest France pour mieux me concentrer sur la préparation de la logistique de la transat et me reposer… Mais Christian s’est chargé de le gagner (en J80) pour le team !

Parle nous du parcours de la Solo Concarneau et des conditions météo prévues.
On part de Concarneau pour revenir à Concarneau après une grande boucle de 280 milles qui comprend deux nuits en mer. Les 24 premières heures de course vont se faire avec un vent de Sud-Est établi, entre 15 et 30 noeuds. Nous allons commencer par tirer des bords de près pour aller virer une marque qui se situe entre Hoedic et l’estuaire de la Loire (Sud Guérande) que nous devrions passer un peu avant l’aube vendredi. Il va falloir probablement aller naviguer dans les cailloux à la Teignouse et être sur tous les bons coups à jouer. Même en double cela va être difficile de trouver un moment pour dormir sur cette partie là… Ensuite on va remonter vers le pays bigouden avec ce même flux de sud-est. Les spis seront de sortie ! S’en suivra une grande boucle en Mer d’Iroise, jusqu’aux Pierre Vertes au Sud d’Ouessant, avant de rentrer à Concarneau dans des vents qui pourraient être beaucoup plus instables. Qui dit vent instable dit souvent manœuvres, changement de voiles et classements chamboulés. Ce sera donc, comme souvent en Figaro, une course où il peut se passer beaucoup de choses jusqu’à la ligne d’arrivée…

Finalement c’est une belle étape de Figaro. Vous venez chercher quoi plus spécifiquement sur cette course ?
Pour nous cela va surtout être l’occasion de vérifier que l’on a bien travaillé cet hiver et de caler la vie à bord parce que l’on n’a jamais fait encore de navigation aussi longue en double ensemble. Concrètement la vie à bord c’est une histoire de rythme, entre gestion du sommeil et choix d’alimentation. On sera sur des bords longs, cela permettra également de voir autre chose que ce que l’on a fait en stage, notamment sur la vitesse. Même si au vu des conditions on ne part pas avec nos voiles neuves de la transat et que l’on ne pourra pas tirer de réponses absolues, ce sera tout de même un bon enseignement.

Quels sont dans ce contexte votre état d’esprit et vos objectifs ?
On est contents d’y aller, c’est un très bon warm up ! A l’arrivée de cette course on sera à deux semaines du départ de la Transat AG2R La Mondiale. C’est le gros objectif qui nous occupe depuis novembre… On rentre dans le vif du sujet !
Sur cette course il y aura des bateaux en double et d’autres en Solitaire (Ndlr : les doubles partiront 20 minutes après les solo). Sur les 11 équipages à partir en double il y en a plusieurs qui se sont entraînés à Lorient cet hiver et contre qui on n’a pas encore pu se confronter. On va donc bien observer ce qui se passe sur l’eau.
Plus globalement notre objectif est de bien naviguer. Et si on fait ça bien, on devrait pouvoir remplir un deuxième objectif : monter sur le podium.

Il y a un nouveau venu dans votre décoration du Figaro NF Habitat, l’Institut Imagine. Pouvez vous nous en dire plus ?
Premier pôle européen de recherche, de soins et d’enseignement sur les maladies génétiques, l’Institut Imagine rassemble 900 des meilleurs médecins, chercheurs et personnels de santé. La nièce de Christian y est (très bien) soignée et nous avons eu envie de faire connaître ce lieu extraordinaire au plus grand nombre pour soutenir à notre manière la recherche scientifique sur les maladies génétiques. D’autant qu’en échangeant avec les chercheurs, nous nous sommes aperçus que nos problématiques de sportifs pouvaient être assez similaires aux leurs. Ils avancent vers l’inconnu, et doivent en permanence se remettre en cause et s’adapter. Il faut être humble dans la recherche comme face à la mer. Il faut également savoir prendre des risques, en faisant des choix stratégiques et techniques tout en s’adaptant à un milieu qui évolue sans cesse. Et enfin partager ses idées et ses découvertes pour faire progresser tout le monde et être encore meilleur…

 

Pour suivre la course dans le détail :
départ Jeudi 5 à 15 h – arrivée prévue dans la journée du samedi 7 avril
– la cartographie : http://soloconcarneau.blogspot.fr/p/cartographie.html
– le décryptage et les actus : https://www.facebook.com/TeamEspritLarge
ou espritlarge.com

Author: Corentin-admin

Leave a Comment