Simon, vingt-quatrième : il en redemande !

ligne dieppe

Ca y est. Les skippers de la Solitaire URGO le Figaro sont arrivés à Dieppe au terme d’une quatrième et longuissime étape qui a clos l’édition 2017.
Cette remontée de Concarneau à Dieppe a encore constitué une étape à rallonge. Entre une absence de vent pendant près de 36 heures au départ qui a laissé aux marins tout le temps d’admirer la côte bretonne, et une traversée de la manche de nuit au largue serré sous spi à toute vitesse, ils ont une fois de plus dû jouer la carte de la polyvalence.
Arrivé 26ème de cette étape, ce qui le place en 24ème position au classement général, Simon Troel – sur NF Habitat – est heureux de ce qu’il a encore pu apprendre et engranger comme expérience.

Insatisfait de son résultat, au bord de l’endormissement, il se déclare pourtant prêt à repartir… l’année prochaine ! Echanges avec un skipper au bout de l’épuisement…

Ce n’est pas un exercice facile, mais peux-tu nous faire une petite synthèse de cette quatrième étape ?
C’était une étape de mutant. On a passé quatre nuits en mer, la dernière au largue serré. On a tout eu, sauf du près dans du vent fort. Moi, je n’ai pas mouillé comme d’autres à la pointe de Bretagne, mais cela aurait très bien pu faire partie du jeu.
J’ai à la fois été dans le match, et à côté. J’ai cru que je faisais partie des bateaux qui ont volé le départ, j’ai donc commencé à revenir sur la ligne alors que je n’avais pas à le faire… et cela a été le ton pendant toute l’étape. Je n’ai pas pris une bascule à l’endroit, sauf la dernière. Je me suis battu en vitesse, battu, battu, battu. Mais j’étais en général du mauvais côté. Quand cela ne veut, cela ne veut pas…

Ton bilan à chaud ?
Je me suis éclaté sur l’eau à me faire mal, à jouer des petits coups. C’était chouette il y avait un niveau de dingue. Quand tu vois que tu te bats pour faire 25ème aux côtés d’Erwan Tabarly (ndlr : qui en est à sa quinzième participation), c’est dingue !
J’ai tout aimé sur cette étape, toutes les conditions, toutes les phases… j’aurais juste aimé être meilleur.
Avant le départ je disais qu’il fallait une étape de plus pour être prêt. Ca y est je suis prêt, dommage c’est fini ! C’était un beau Figaro, mais il va falloir revenir, parce que là c’est déjà fini et ce n’était pas terrible. L’avantage de la Solitaire, c’est que c’est tous les ans.

Author: Corentin-admin

Leave a Comment